Assassinat du ministre burundais de l’Environnement

Assassinat du ministre burundais de l’Environnement

Le ministre burundais de l’Eau et de l’Environnement,Emmanuel Niyonkuru, a été assassiné par un individu – toujours recherché – alors qu’il rentrait à son domicile ce dimanche tard dans la soirée. Une femme a été arrêtée près du lieu du crime sans qu’aucun autre élément n’ait été donné par la police. C’est le premier ministre en exercice à succomber à une attaque depuis le début de la guerre civile bien que des proches du pouvoir aient déjà subis la violence des armes.

 

Emmanuel Niyonkuru, 54 ans, ministre de l’Eau et de l’Environnement a été assassin par arme à feu alors qu’il rentrait à son domicile vers 00h45. Le tueur est toujours en fuite et la police a uniquement communiqué sur le fait qu’une femme avait été arrêtée près du lieu où la tragédie s’est jouée. Emmanuel Niyonkuru est le premier membre de l’équipe gouvernementale à avoir été abattu depuis le début de la guerre civile. Toutefois, le premier cercle du pouvoir a déjà été touché à plusieurs reprises avec notamment l’assassinat du général Adolphe Nshimiriman en août 2015 et le meurtre en 2016 de Hafsa Mossi, ancienne ministre et porte-parole du gouvernement.

 

Ce nouvel épisode sanglant a lieu dans un contexte de tensions accrues après la déclaration du président Nkurunziza relative à un possible quatrième mandate « si le peuple le demande ». Pour rappel, les violences qui ont débuté en avril 2015 ont été provoquées par la volonté du président de se représenter et d’exercer un troisième mandat quand bien même cette décision était contraire à la Constitution et aux Accords d’Arusha qui ont permis de mettre fin aux violences intestines. Ainsi, le pouvoir ne semble pas vouloir répondre à la moindre exigence de l’opposition et de nouveaux accès de violence sont à craindre tant que le pouvoir et l’opposition ne se réuniront pas autour de la table des négociations.

Publié le 1 janvier 2017 à 10 h 00 min par La Rédaction

Laisser un commentaire