La France suspend les adoptions issues de la RDC

La France suspend les adoptions issues de la RDC

Il y a trois ans, la République démocratique du Congo suspendais les demandes d’autorisation de sortie du territoire pour les enfants adoptés à l’étranger afin de régler des problèmes administratifs et légaux. Cette suspension avait été levée au bout de deux ans, mais c’est désormais au tour de la France de faire une pause sur les adoptions d’enfants congolais en raison de trop nombreuses irrégularités qui ont été constatées au cours des derniers mois. Plusieurs dizaines d’enfants sont aujourd’hui dans l’attente d’un visa pour la France.

 

L’adoption est un chemin de croix qui prend des airs de pénitence en RDC. En effet, le ministère français des Affaires étrangères a annoncé que les adoptions issues de la RDC seraient gelées à partir du 1er janvier 2017. « Il s’agit d’une décision difficile mais qui, en raison de l’insuffisance des garanties juridiques et éthiques entourant l’adoption dans ce pays, a été jugée impérative » a expliqué le Quai d’Orsay. Au cœur du problème, de nombreuses irrégularités parmi lesquelles des cas de « fraudes documentaires » avec notamment des enfants détenteurs de trois actes de naissance. La France cherche par cette décision à « éviter des trafics d’enfants ».

 

Ce nouveau rebondissement suit une suspension par les autorités de la RDC des autorisations de sortie du territoire pour les enfants adoptés. Les problèmes n’ont donc pas été réglés et trois organismes d’adoption sont dans l’œil du cyclone. « Vivre en famille », « Chemin vers l’enfant » et « Enfants du monde » – vont d’ailleurs n’auront plus d’accréditation à compter du 1er janvier 2017. Aujourd’hui, 54 dossiers sont en suspens et sont bloqués entre deux systèmes juridiques. La RDC a validé l’adoption de ces enfants – qui demeurent Congolais car la naturalisation n’est pas automatique – mais la France refuse de délivrer des visas pour les faire venir auprès de leur famille adoptive.

Publié le 27 novembre 2016 à 9 h 58 min par La Rédaction

Laisser un commentaire