Scandale financier autour de la famille Kabila ?

Scandale financier autour de la famille Kabila ?

Alors que l’avenir politique de Joseph Kabila reste encore très incertain, la famille du président congolais est l’objet d’accusations de corruption depuis 48 heures et la publication d’un article à charge dans le journal belge Le Soir. Ce papier qui fait beaucoup de bruit met en effet le premier cercle présidentiel au cœur d’un immense trafic de corruption dénoncé par Jean-Jacques Lumumba, un cadre dirigeant de la BGFI qui a préféré la banque pour ne « pas laisser faire de choses pareilles ».

 

Petit neveu de Patrice Lumumba, homme clé de l’indépendance et père de la République démocratique du Congo, Jean-Jacques Lumumba écrit une nouvelle page de l’histoire familiale depuis la parution d’un article corrosif dans le quotidien belge Le Soir. Cadre dirigeant au sein de la principale banque de la région – la BGFI – l’homme jusque là inconnu est arrivé sur le devant de la scène médiatique en révélant que de nombreux proches du président Kabila seraient mêlés à des affaires de corruption impliquant plusieurs dizaines de millions de dollars. La banque est dirigée par un ami d’enfance de Joseph Kabila et servirait les intérêts (illégaux) du premier cercle du pouvoir. Parmi les éléments les plus troublants apportés à la connaissance du public, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui gère l’argent devant server à financer les élections a vu de nombreuses sommes disparaître de manière suspecte.

 

 

Deux sociétés sont également au cœur du scandale. La première est la plus connue puisqu’il s’agit de Gecamines, la principale compagnie d’Etat du Congo dirigée par Albert Yuma, un « presque frère » du président Kabila. Une ligne de crédit a été ouverte à hauteur de 30 millions de dollars dans des conditions douteuses. Une autre entreprise dirigée par Albert Yuma – Egal – a vu ses comptes crédités de 43 millions de dollars peu de temps après sa création. Là encore, la provenance des fonds est considérée comme suspecte. De nombreux autres cas de ce type sont évoqués dans cet article qui a fait réagir le porte-parole du gouvernement, lequel dénonce « une légende d’un individu qui tente de profiter de la situation pour se faire une notoriété ».

Publié le 2 novembre 2016 à 10 h 00 min par La Rédaction

Laisser un commentaire