Centrafrique : départ de la force Sangaris, sur fond de reprise des violences

Centrafrique : départ de la force Sangaris, sur fond de reprise des violences

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a initié ce weekend le retrait progressif des troupes françaises déployées pour le maintien de la paix en Centrafrique. La fin de l’opération coïncide avec un regain des violences intercommunautaires, et inquiète.

 

L’opération Sangaris, déclenchée en décembre 2013 après des massacres de civils à Bangui, a finalement pris fin ce dimanche. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu à Bangui afin d’initier le retrait du gros de la force de maintien de la paix déployée par le pays.

 

Selon les autorités françaises, environ 350 militaires, équipés de drones d’observation, resteront présents. Ils agiront dans le cadre du déploiement de la Minusca, la force de l’ONU qui est actuellement déployée dans le pays. Le Ministre français a ainsi rappelé la présence de plus de 10.000 Casques bleus, sensés assurer la sécurité.

 

La France conservera « une capacité d’intervention militaire sur court préavis », précise-t-on à la Présidence. « Ce contingent pourra être mobilisé à la demande du gouvernement centrafricain, en cas de menace sérieuse contre la paix ou les institutions du pays ». Les exactions ont en effet récemment repris à l’intérieur du pays.

 

Ainsi, 25 personnes, dont six gendarmes, ont été tuées jeudi et vendredi en Centrafrique, lors de violences déclenchées par des groupes armés dans la ville de Bambari (250 km au nord-est de Bangui).

Publié le 31 octobre 2016 à 14 h 38 min par La Rédaction

Laisser un commentaire