La CPI appelle au calme après le retour de sa délégation en RDC

La CPI appelle au calme après le retour de sa délégation en RDC

La visite de la délégation de la Cour pénale internationale en RDC a pris fin ce jeudi. La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a fait part ce jeudi de ses inquiétudes sur le climat politique du pays.

 

En réaction à la violente répression des manifestations des 19 et 20 septembre à Kinshasa, Fatou Bensouda, procureure gambienne de la Cour pénale internationale, a décidé d’envoyer une délégation en République démocratique du Congo. Au retour des observateurs, qui ont durant cinq jours a rencontré des membres de la société civile et des dirigeants, elle a fait part de son inquiétude, et indiqué que certains des actes commis lors des événements de septembre à Kinshasa « pourraient constituer des crimes relevant de la compétence de la Cour pénale internationale ». « Il est impératif que tout comportement de violence contraire au Statut de Rome soit évité en tout temps et en tout lieu », a aussi mis en garde Fatou Bensouda.

 

Valentin Mubake, le conseiller du président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) a fait part de son incompéhension devatn ces appels : « Si le sang a coulé, vous savez qui a été à l’origine de cela. Et à la limite, c’est cracher sur la mémoire de ces centaines de Congolais qui ont été tués par le pouvoir de Monsieur Kabila. Et c’est connu. Mais alors pourquoi ce discours envers nous ? C’est un discours à tenir vis-à-vis des gens du pouvoir. Et nous leur avons dit : s’il faut encore qu’il y ait des morts dans le cas de la défense de nos droits, parce que nous, on ne tue pas, nous descendrons dans la rue. Et celui qui veut nous tuer va nous tuer ».

Publié le 24 octobre 2016 à 10 h 12 min par La Rédaction

Laisser un commentaire