Kofi Annan pressenti comme médiateur pour un dialogue politique en RDC

Kofi Annan pressenti comme médiateur pour un dialogue politique en RDC

Alors que le pays menace de s’enfoncer encore plus dans la crise, le président congolais Joseph Kabila a proposé à l’ONU les noms de quatre personnes susceptibles d’assurer une médiation internationale « juste » dans le « dialogue national » en vue « d’élections apaisées ».

 

La situation en République Démocratique du Congo (RDC) est plus explosive que jamais, alors que la crise politique perdure, et que le bras de fer entre le président Joseph Kabila et l’opposition donne lieu à des heurts de plus en plus violents. A pouvoir depuis une quinzaine d’années après avoir succédé à son père, M Kabila arrive au terme de son dernier mandat le 20 décembre 2016. Ce dernier proposé à l’ONU les noms de quatre personnes susceptibles d’assurer une médiation internationale : l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, du président angolais Eduardo Dos Santos, du président de l’Assemblée nationale sénégalaise, Moustapha Niasse, et de l’envoyé spécial de l’ONU pour les Grands Lacs, Saïd Djinnit.

 

La nouvelle n’est pas anodine : la désignation d’un médiateur étranger est l’une des conditions posées par le parti historique d’opposition en RDC, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), pour participer au « dialogue national » instauré par le président. C’est donc un pas en avant pour le dirigeant, qui refusait jusqu’alors toute concession sérieuse – et dont l’opposition disait qu’il comptait se maintenir au pouvoir après ses deux mandats constitutionnels. Une ouverture bienvenue alors que le pays vit sous le menace d’n retour aux violences du 19 et 20 septembre dernier à Kinshasa, qui ont fait plusieurs dizaines de morts, selon la mission des Nations unies au Congo.

Publié le 12 octobre 2016 à 9 h 39 min par La Rédaction

Laisser un commentaire