Fin de partie pour Manuel Pinto da Costa

Fin de partie pour Manuel Pinto da Costa

L’élection présidentielle à São Tomé-et-Príncipe vient finalement de se conclure après plusieurs rebondissements et un boycott qui a été plutôt bien suivi. Sans surprise, après un premier tour tendu, c’est le candidat du Premier ministre qui s’est imposé, mettant fin à une vieille tradition de cohabitation entre les deux têtes de l’exécutif.

 

A São Tomé-et-Príncipe, le Président de la République a le rôle d’arbitre. Les choix politiques sont ceux du Premier ministre et du Gouvernement. Ainsi, le pays suit le modèle de son ancienne puissance coloniale (le Portugal), mais n’a pas pour autant réglé les querelles qui ont été manifestes lors de ce scrutin pas comme les autres. Selon les résultats provisoires de la Commission électorale nationale, Evaristo Carvalho, âgé de 74 ans et champion de l’Action démocratique indépendante a été élu au second tour de la présidentielle avec 42 058 voix. Seul candidat en lice après le premier tour, son élection était jouée d’avance. Une élection en demi-teinte puisque seuls 46 % des électeurs se sont rendus dans l’isoloir après l’appel au boycott du président sortant Manuel Pinto da Costa.

 

Un boycott qui fait notamment suite à un premier tour rocambolesque au cours duquel Evaristo Carvalho avait été déclaré élu avec 50,1 % des voix avant que le Tribunal électoral ne revienne sur ce chiffre et crédite le futur vainqueur de 49,8 % des voix. Le président sortant, crédité quant à lui de 24,8 % des voix, a alors décidé de jeter l’éponge et ne de pas participer à un vote suspicieux. La victoire d’Evaristo Carvalho constitue une avancée majeure pour le Premier ministre Patrice Trovoada qui remporte par là même un succès historique contre la famille Pinto da Costa avec laquelle les rivalités politiques sont gravées dans le marbre du pays.

Publié le 10 août 2016 à 10 h 35 min par La Rédaction

Laisser un commentaire