Tshisekedi exige le départ du président Kabila

Tshisekedi exige le départ du président Kabila

La RDC est sur une pente dangereuse avec des tensions politiques de plus en plus vives à mesure de l’approche de l’élection présidentielle. L’opposant historique à Joseph Kabila, Étienne Tshisekedi, a exigé à l’occasion d’un meeting politique le départ du président le 20 décembre 2016 au plus tard. Un ultimatum qui doit amener in fine à des « élections apaisées ». Pas certain que le calcul ait les résultats espérés…

 

« La maison doit être libre » le 20 décembre ! C’est ainsi qu’Etienne Tshisekedi a enflammé son auditoire à l’occasion de son premier meeting depuis deux ans. L’un des principaux opposants à Joseph Kabila n’a pas été tendre avec son adversaire qu’il somme de quitter le pouvoir avant la fin 2016. Le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social a affirmé avec force : « Le 19 septembre 2016 est la première ligne rouge à ne pas franchir. Le corps électoral doit être convoqué pour l’élection présidentielle. Dans le cas contraire, la haute trahison sera attestée pour Joseph Kabila qui endosse la responsabilité du malheur des Congolais ».

 

Autant dire que le dialogue national auquel a consenti le président Kabila en novembre dernier est pour le moins compliqué avec une opposition qui réclame son départ et qui a vu un « piège » dans l’ouverture faite par l’exécutif. Étienne Tshisekedi est de ceux qui pensent que le dialogue ne pourra se faire sérieusement que sans la présence de Joseph Kabila. « En tout état de cause, le 20 décembre 2016 […] nous dirons tous au revoir à M. Kabila et nous inaugurerons une nouvelle ère, telle que nous la déciderons au cours d’un vrai dialogue politique inclusif sans Kabila ». Pas certain que le président congolais l’entende de cette oreille…

Publié le 31 juillet 2016 à 16 h 22 min par La Rédaction

Laisser un commentaire