RDC : grogne après une brusque hausse du tarif des données mobiles

RDC : grogne après une brusque hausse du tarif des données mobiles

La population congolaise sur les nerfs après une violente hausse du prix de l’internet en République démocratique du Congo. La gouvernement et opérateurs de télécommunications se renvoient mutuellement la responsabilité.

 

Depuis le 17 mai, Airtel, Vodacom et Orange – pour ne citer que les principaux opérateurs de télécommunication en RD Congo – ont revu à la hausse leur tarif des données internet mobile (data) et fixe. Cette décision passe mal auprès des usagers, qui n’ont pas été avertis de ce changement de tarification à l’avance. Les opérateurs de téléphonie concernés ont démenti toute décision coordonnée ou injonction des pouvoirs publics, mais parle d’une hausse au coût réel de l’Internet mobile en RDC.

 

Les opérateurs disent avoir enregistré une baisse de revenus depuis le début de l’année, allant de 11% à 20%, assortis d’une baisse du nombre d’abonnés qui se comptent en millions de personnes. En cause, notamment, le processus d’identification des cartes sim décidé par le gouvernement. En outre, la loi de finances 2016, la redevance annuelle payée par les opérateurs de téléphonie mobile est passée de 2 à 3%. Une hausse de 50% qui représenterait des millions de dollars pour l’Etat congolais.

 

Le gouvernement est quant à lui soupçonné de laisser faire pour empêcher les citoyens d‘échanger des informations à l’approche d’une période électorale qui s’annonce tendue. L’accusation qui s’appuie sur la suspicion de la communauté internationale que le président Kabila compte se maintenir au pouvoir malgré a fin imminente de son second mandat.

 

« Moi, je crois que c’est politique, étant donné qu’on a vécu un total black-out le 20 janvier, où on nous a carrément coupé l’internet, je pense que la politique est derrière. Vu que les élections approchent, et c’est devenu viral de voir une activité qu’on n’aime pas, quelqu’un qu’on n’aime pas, voir des choses qu’on n’aime pas et directement le partager sur internet », confie Ezbora Lubamba, un webdesigner.

Publié le 13 juin 2016 à 11 h 26 min par La Rédaction

Laisser un commentaire