Biens mal acquis : Teodorin Obiang inquiété par la justice française

Biens mal acquis : Teodorin Obiang inquiété par la justice française

La justice française a demandé l’ouverture d’un procès en France dans l’enquête dite des « biens mal acquis » qui implique Teodoro Nguema Obiang.

 

Le parquet français a demandé le renvoi de Teodorin Obiang, 46 ans, devant le tribunal correctionnel pour éclaircir les « lourds soupçons » qui pèsent contre ce dernier. Teodoro Nguema Obiang Mangue dit Teodorín, fils du président équato-guinéen, est impliqué dans une affaire mêlant blanchiment de corruption, détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et abus de confiance, selon une source judiciaire.

 

Selon le réquisitoire, il aurait reconnu plus de 300 millions de dollars (269 millions d’euros) d’avoirs obtenus à travers la corruption et le détournement lors d’un accord scellé avec la justice américaine qui enquêtait sur l’origine de sa fortune.

 

Teodorin aurait ainsi fait l’acquisition d’une quinzaine de véhicules de luxe en France, dont trois Bugatti Veyron, une Rolls-Royce Phantom et deux Maserati, pour un total de 5,7 millions d’euros. Alors ministre de l’agriculture et des forêts, il aurait effectué des virements émanant directement du compte de la société Somagui Forestal, la société guinéenne d’exploitation forestière.

 

Teodorin Obiang avait demandé l’annulation de sa mise en examen, invoquant son statut de vice-président chargé de la Défense et de la Sécurité de l’État en Guinée équatoriale qui octroyait à ses yeux une immunité. Mais la Cour de cassation l’avait débouté en décembre, estimant que les faits imputés avaient été commis à des fins personnelles, relevant de sa vie privée en France et donc détachables des fonctions étatiques protégées par la coutume internationale.

 

En Guinée Equatoriale, plus de 75 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale.

Publié le 30 mai 2016 à 11 h 35 min par Laurent Fronsac

Laisser un commentaire