Epidémie de fièvre jaune : l’OMS se veut rassurante

Epidémie de fièvre jaune : l’OMS se veut rassurante

L’Angola et la République démocratique du Congo sont les deux principales victimes de l’épidémie de fièvre jaune qui frappe actuellement l’Afrique centrale. Plus de 2 000 cas suspects ont été enregistrés et dans la seule capitale angolaise on dénombre près de 300 décès. Si l’Organisation Mondiale de la Santé estime que la situation est « grave », elle ne constitue pas une « urgence de santé publique de portée internationale ».

 

L’épidémie de fièvre jaune qui touche la capitale de l’Angola et d’autres régions du pays ainsi que la République démocratique du Congo ne cesse de prendre de l’ampleur depuis son apparition en décembre 2015. L’OMS a fait savoir après une réunion de son comité d’urgence que si la situation était « grave », il n’y a pas d’ « urgence de santé publique de portée internationale ». Toutefois, le bilan est déjà lourd avec 293 décès recensés rien qu’à Luanda.

 

Seuls 696 cas ont été confirmés en laboratoire, mais des mesures sont prises afin d’endiguer l’épidémie. Ainsi, toute personne se rendant dans les deux principaux foyers de l’épidémie devra se faire vacciner. Des cas ont d’ores et déjà été recensés en Ouganda, au Kenya et même en Chine. L’OMS ne tire donc pas la sonnette d’alarme même si une vigilance particulière et une batterie de mesures sont nécessaires pour mettre fin à cette épidémie meurtrière.

Publié le 22 mai 2016 à 13 h 43 min par Rédaction

Laisser un commentaire