Moïse Katumbi inquiété par la justice après sa candidature

Moïse Katumbi inquiété par la justice après sa candidature

Une ferme appartenant à Moïse Katumbi a été perquisitionnée, ce samedi 7 mai, alors que le désormais candidat à l’élection présidentielle en RDC est convoqué, ce lundi, pour être entendu par le Parquet général près la Cour d’appel de Lubumbashi dans une affaire de supposé recrutement de mercenaires étrangers.

 

En déclarant mercredi 4 mai au soir sa candidature, Moïse Katumbi, l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga a crispé un peu plus le président sortant, Joseph Kabila. Le ministre de la Justice, Alexis Thamwe Mwamba, a ordonné au Procureur général de la République d’ouvrir un dossier judiciaire sur le recrutement des mercenaires par M. Katumbi. Ces accusations ont été portées contre lui au moment où il a annoncé sa candidature.

 

« Ce sont des accusations mensongères et farfelues », a-t-il estimé. Un avis partagé par plusieurs autres plateformes de l’opposition (G7, Alternance pour la République, Collectif des Nationalistes), qui ont récemment désigné Moïse Katumbi comme leur candidat à la magistrature suprême. Pour l’instant, Moïse Katumbi persiste et signe. « Quoi qu’il arrive, je maintiens ma candidature (…). La démocratie gagnera. »

 

Ce samedi 7 mai 2016, en fin de matinée, des agents de l’ANR, dont certains étaient en civil, accompagnés d’éléments de la Garde présidentielle, ont perquisitionné la ferme « Futuka », située à une vingtaine de kilomètres de Lubumbashi et appartenant à Moïse Katumbi.

Publié le 9 mai 2016 à 10 h 23 min par Jean-Yves Denis

Laisser un commentaire