Inquiétantes disparitions de militaires au Tchad

Inquiétantes disparitions de militaires au Tchad

Plusieurs ONG dont Amnesty International se sont émues de la disparition de plusieurs dizaines de militaires et policiers suite au scrutin présidentiel. Appelées à voter 24h avant le reste de la population, les forces de l’ordre auraient subies des pressions afin d’apporter massivement leur soutien au président en exercice Idriss Déby.

 

Un militaire ou un policier tchadien peut-il disparaître sans crier gare ? La réponse est positive et dépasse même le cas isolé puisque plusieurs dizaines de militaires et de policiers manquent aujourd’hui à l’appel. Disparus dans la nature, ils sont, selon le gouvernement, en mission et ne peuvent pas communiquer sur leur localisation. Un trou noir qui cacherait en fait des enlèvements et des séquestrations orchestrées à l’issue du scrutin présidentiel.

 

Les témoignages se multiplient pour dénoncer les pressions dont ont été victimes les forces de l’ordre afin de voter pour le président Idriss Déby. Une policière aurait été giflée en public car elle aurait porté son choix sur un des opposant au président. Un autre militaire raconte qu’il a été molesté après avoir refusé de voter pour Idriss Déby. Un malaise est en train de croître dans un pays encore fragile et qui doit s’appuyer sur ses forces de sécurité pour se prémunir de la menace de Boko Haram.

Publié le 28 avril 2016 à 11 h 22 min par Rédaction

Laisser un commentaire