L’Angola veut plus de poulets

L’Angola veut plus de poulets

L’économie angolaise souffre de la crise des matières premières. Le pays traverse une période difficile et le Gouvernement table sur plusieurs initiatives afin de se passer d’une partie de ses importations et de créer de nouvelles industries. Celle de la volaille a été officiellement mise en avant par le ministre de l’Agriculture.

 

Comment réduire le déficit commercial de 450 millions de dollars ? Les autorités angolaises ont trouvé la réponse. Se passer des importations de volailles. En important 360 000 tonnes de poulet en 2015, l’Angola a laissé s’échapper 450 millions de devises américaines. Une somme beaucoup trop élevée en ces temps de crise.

 

Ainsi, le ministre de l’Agriculture a appelé les acteurs privés à investir massivement dans ce secteur afin d’éviter de ne produire que « cinq pour cent de la quantité importée » en 2017. Le défi est de taille et fait sens, mais rien n’est sûr quant à l’attrait de capitaux privés pour l’industrie de la volaille.

Publié le 20 avril 2016 à 10 h 15 min par Jean-Yves Denis

Laisser un commentaire