Cameroun : une répression très musclée du terrorisme

Cameroun : une répression très musclée du terrorisme

La justice camerounaise a condamné à mort pas moins de 89 membres du groupe islamiste nigérian Boko Haram pour « terrorisme » depuis un an. Ils ont été jugés sur la base de la loi antiterroriste en vigueur au Cameroun depuis décembre 2014.

 

Durant l’année 2015, le tribunal militaire de Maroua, dans l’Extrême-Nord du Cameroun, a déjà procédé à au moins 89 condamnations à mort de terroristes. Ces décisions de justice ont été rendues dans le cadre de la loi antiterroriste votée et adoptée par les députés camerounais et promulguée par Paul Biya le 23 décembre 2014, qui prévoit, entre autres, la peine capitale pour les auteurs et complices d’actes de terrorisme, que le tribunal militaire de Maroua a appliqué ces sentences.

 

Maroua est la chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord, en proie aux attaques récurrentes des islamistes nigérians. Certains défenseurs des droits humains s’inquiètent cependant de la qualité des procès menés par le tribunal militaire. Parlant de ces défenseurs des droits humains, le bihebdomadaire souligne que « s’ils reconnaissent que la situation est exceptionnelle, ils invitent néanmoins les autorités judiciaires à améliorer les procédures pour une plus grande équité dans le jugement. »

Publié le 21 mars 2016 à 11 h 26 min par Léa Duval

Laisser un commentaire