Le Gabon s’associe avec la NASA et l’ESA pour la surveillance de la biomasse

Le Gabon s’associe avec la NASA et l’ESA pour la surveillance de la biomasse

Des avions scientifiques de la NASA et de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) survolent le Gabon jusqu’au 8 mars prochain pour collecter des données sur la surveillance de la biomasse nationale. Le but est de comprendre le rôle de la forêt dans les changements climatiques.

L’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (AGEOS) a renforcé sa coopération internationale avec l’Administration nationale américaine de l’aéronautique et de l’espace (NASA) et l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Cette mission de deux semaines au Gabon fait partie de la campagne scientifique aéroportée nommée AfriSAR, dont le but est de calibrer les instruments radar (SETHI, F-SAR, UAVESAR et LVIS) en prévision du lancement entre 2020 et 2021 des nouveaux satellites d’observation de la forêt. Les trois avions déployés au Gabon survolent les sites d’essais parmi lesquels, la Mondha, la Lopé, Rabi, Mabounie, Pongara et Mouila. Ces sites ont été retenus en raison de la quantité de biomasse qu’ils renferment.

Après une présentation de cette mission, une visite guidée des avions scientifiques de la Nasa et du Centre aérospatial allemand (DLR) a été offerte aux personnalités présentes, notamment les membres du gouvernement Mathias Otounga Ossibadjouo (Défense), Crépin Gwodock (ministre délégué à la Forêt), Pastor Ngoua Nnemé (Economie numérique) et Marie-Julie Biloghé (Economie). On notera la présence de représentants de l’ambassade des États-Unis au Gabon, de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac), du Centre national de la recherche scientifique et technologique (Cenarest), de l’Aéroport de Libreville (ADL) et de l’armée de l’air.

La campagne AfriSAR a été lancée au Gabon le 22 juin 2015. Elle permet de calibrer les instruments radar qui seront embarqués à bord des prochains satellites de l’ESA et de la Nasa (Biomass, Nisar & Gedi). Ces satellites, dont le lancement est prévu pour 2021, sont destinés à fournir aux scientifiques des données précises sur les densités de biomasse et les stocks de carbone contenus dans les forêts tropicales. L’Ageos a été inauguré le 29 août 2015 par Ali Bongo Ondimba, à Nkok. Mais elle est opérationnelle depuis le 3 juin 2015.  L’antenne de réception directe du Centre de compétences en télédétection de cette Agence couvre un cercle de réception de 2800 kilomètres englobant 23 pays africains, la totalité des forêts des bassins du Congo et de l’Ogooué, une partie des forêts de l’Afrique de l’ouest et la totalité du golfe de Guinée. Ceci dans le but de prévenir plus efficacement les incendies et la déforestation.

 

Publié le 4 mars 2016 à 4 h 07 min par Léa Duval

Laisser un commentaire