Idriss Déby Itno, nouveau président de l’UA

Idriss Déby Itno, nouveau président de l’UA

Le nouveau Président de l’Union africaine (UA) a été élu aujourd’hui samedi 30 janvier 2016, par les États membres de l’UA, durant sa 26e session ordinaire au siège de la Commission à Addis-Abéba en Éthiopie. Il s’agit du président tchadien Idriss Déby Itno. Ce dernier commence fort, avec des mises en garde pour le Burundi, où il prévoit une action militaire de l’Union, si le calme n’est pas restauré.

 

Arrivé en fin de mandat, le président Zimbabwéen Robert Mugabe a passé le flambeau de la présidence en exercice de l’Union africaine (UA) à son homologue tchadien Idriss Déby Itno ce week-end lors du 26ème sommet de l’Union. Il avait été choisi par les présidents de la région Afrique centrale, à qui revenaient cette année le poste, en marge du sommet Chine – Afrique de Johannesburg, en décembre. Idriss Déby Itno doit en principe occuper ce poste pour un an. Mais il doit remettre son mandat national en jeu lors d’une élection présidentielle, en avril prochain. S’il venait à perdre cette élection, son successeur occuperait le poste.

 

Déby est un homme de poigne, et il a voulu le faire savoir dès sa première interview au lendemain de son élection, en prenant s’exprimant sur la situation au Burundi. Pour lui, le pays ne doit pas s’imaginer que l’absence d’intervention militaire à ce stade est un blanc-seing. Il prévient : si la situation dégénère, l’UA fera usage de la force. « Nous avons peur pour le Burundi. Il y a des antécédents dans ce pays et, au Rwanda voisin, il y a eu un génocide en 1994 », mettait-il en garde. « Souvent, il y a des agendas extérieurs au continent qui font que nous n’arrivons pas à gérer les crises nous-mêmes. Mais cette fois-ci nous avons décidé d’agir rapidement. «

 

« Nous avons donné une chance au Burundi et au président Pierre Nkuruniza de résoudre cette crise. Nous souhaiterions que cela soit réglé par un dialogue avec une initiative du président burundais. Nous surveillons de très près. Nous ne pourrons pas accepter que la situation dégénère. Auquel cas, l’Union africaine interviendra militairement », précise-t-il. Déby est un habitué des interventions de paix : il est résolument engagé lutte contre les groupes djihadistes en Afrique sub-saharienne en général et en particulier au Mali,  au Cameroun,  au Nigeria et au Tchad – notamment à travers la Force multinationale mixte (FMM) qui lutte contre Boko Haram.

 

Outre la présidence de l’Union africaine, Idriss Déby Itno dirige la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD) et le G5 Sahel, qui regroupe la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad.

 

Publié le 3 février 2016 à 9 h 47 min par Mathilde Grandjean

Laisser un commentaire