Génocide au Rwanda : perpétuité pour Onesphore Rwabukombe

Génocide au Rwanda : perpétuité pour Onesphore Rwabukombe

Alors que la réconciliation nationale au Rwanda est encore à l’œuvre plus de deux décennies après le génocide des Tutsis par les Hutus, la justice allemande vient de condamner le responsable d’un massacre qui a fait plus de 400 victimes le 11 mai 1994 non loin de la commune de Muvumba. Onesphore Rwabukombe, maire au moment des faits, a été condamné à perpétuité pour son rôle dans un massacre qui hante encore les esprits de nombreux Rwandais.

 

La réconciliation au Rwanda n’est pas une tâche aisée pour les victimes. Certains responsables ont été condamnés, mais la plupart des assassins vivent toujours au milieu des familles de leurs victimes. Réunir tous les Rwandais plutôt que de pratiquer une nouvelle purge (légale cette fois) qui diviserait à jamais le pays en deux. Cette solution raisonnable n’est pas toujours facile à vivre, mais le Rwanda peut être fier du chemin parcouru depuis vingt ans. Ailleurs, comme en Allemagne, la problématique est tout autre. Une personne qui a pris part au génocide doit être jugée et les condamnations sont parfois lourdes comme celle administrée à Onesphore Rwabukombe.

 

Agé de 58 ans, l’ancien maire de la commune de Muvumba, Onesphore Rwabukombe, a été condamné par un tribunal allemand pour sa participation dans l’élimination physique d’environ 450 Tutsis réfugiés dans l’église de Kiziguro à l’est du Rwanda alors que le génocide faisait rage. Venu en Allemagne en 2002 avec le statut de réfugié politique, Onesphore Rwabukombe a été contraint de faire face à son passé. Déjà condamné en février 2014 à 14 années de prison après un procès long de trois ans, la cour d’appel de Francfort a décidé de frapper fort. Ce sera la prison à perpétuité.

 

Ce second procès s’est tenu à la demande de la Cour fédérale allemande qui a estimé qu’en raison des éléments et nombreux témoignages recueillis, la condamnation en première instance n’avait pas été assez sévère. Le prévenu avait grandement contribué à la mort de ces personnes en emmenant en voiture des Hutus munis d’arme jusqu’à l’église où les Tutsis s’étaient réfugiés avant d’ordonner : « commencez le travail ! ». Après le massacre il a pris part au transport des corps dans une fosse commune. Selon le communiqué fourni par la cour d’Appel, Onesphore Rwabukombe a « préparé, organisé, commandé et commis ce massacre en connaissance de cause et de manière délibérée ». Il devrait donc finir ses jours dans une cellule à moins qu’il ne fasse une dernière fois appel comme le droit allemand le lui autorise.

Publié le 29 décembre 2015 à 15 h 34 min par Mathilde Grandjean

Laisser un commentaire