Centrafrique : la Cour constitutionnelle valide 30 candidats pour la présidentielle

Centrafrique : la Cour constitutionnelle valide 30 candidats pour la présidentielle

L’instance chargée en particulier de « connaître du contentieux électoral, veiller à la régularité des consultations électorales et examiner et en proclamer les résultats » s’est prononcée sur les candidats qualifiés pour la présidentielle. Les concurrents pour le poste de chef d’Etat devaient fournir un dossier complet avec les documents demandés, dont notamment la preuve de l’inscription sur les listes électorales. C’est cette dernière qui a empêché d’enregistrer François Bozizé, l’ex-président de la République. Etant sous les sanctions de l’ONU pour son rôle dans les violences interconfessionnelles qui se sont poursuites au pays, il cherche son exil en Ouganda et donc n’est pas en mesure de s’inscrire sur les listes électorales.

Le dossier de Patrice-Edouard Ngaïssona, Coordinateur politique autoproclamé des anti-balaka a été également rejeté à cause de condamnations pénales. Egalement, la présidente de transition actuelle, Catherine Samba Panza, ne pouvait pas se porter candidate pour des raisons juridiques.

Ils seront donc 30 à se disputer la présidence. Parmi eux, les anciens Premiers ministres Martin Ziguelé, Anicet-Georges Dologuélé et Faustin Archange Touadéra. Le premier, qui a occupé ce poste de 2001 à 2003, représente le parti Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) et prône pour « la paix, la réconciliation et l’emploi ». Anicet-Georges Dologuélé quant à lui, était le numéro deux du pays de 1999 à 2001 sous Ange-Félix Patassé. Il était également en tête de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC). Faustin Archange Touadéra a quant à lui occupé le poste de Premier ministre de 2008 à 2013. Parmi de nombreux « ex » on trouve aussi Karim Meckassoua, qui a exercé les fonctions de ministre de François Bozizé pendant six ans.

Voici les autres candidats annoncés autorisés à « s’affronter pour la présidentielle centrafricaine » par la Cour :

Mandaba Jean Michel, Doubane Charles Armel, Gouandika Fidéle, Kolingba El-Adj Bilal, Patassé Ngakoutou Sylvain Eugéne, Gonda Cyriaque, Moskit Guy, Baikoua Timoléon, Konzi-Mongo Régina, Nguérékata Mandata Gaston, Barkess Gombékété Jean, Gomina Pampali, Gouyongbia Kongba Zeze Constant, Morouba Mathias, Kapou Thédore, Nakombo Emile Gros, Yangongo Xavier Sylvestre, Sony Colé Théophile, Willybiro-Sako Jean, Kazagui Maxime, Gabireaul Olivier, Moussakémbé Stanislas, Jean Baptiste Koba, Bokassa Jean Serge, Djimasse Marcel et Yakété Joseph.

On note la présence d’une seule femme, Régina Konzi, professeure d’anglais et candidate « indépendante », ancienne Ministre Conseiller en charge des urgences humanitaires (2014-2015). Selon la loi, la décision de la cour constitutionnelle en transition est définitive, aucun recours n’est possible. Le paysage du premier tour de scrutin est donc complet. Rendez-vous dans l’isoloir le 27 décembre prochain.

Publié le 9 décembre 2015 à 10 h 55 min par Emmanuel Samba

Laisser un commentaire