Des engagements forts à la sortie du forum « Investir au Congo Brazzaville 2015 »

Des engagements forts à la sortie du forum « Investir au Congo Brazzaville 2015 »

Dans le cadre du Forum Investir au Congo Brazzaville (ICB 2015), qui s’est tenu du 19 au 21 novembre 2015 dans la capitale congolaise, plusieurs accords ont été signés. Parmi les principaux investisseurs, le Maroc apparait comme un des participants les plus actifs au développement du pays.

 

C’est à la faveur du Forum Investir au Congo Brazzaville (ICB) tenu du 19 au 20 novembre dernier que pendant deux jours durant les ministres et investisseurs locaux se sont échinés à présenter les opportunités d’investissement et le cadre des affaires au Congo. Participants et experts ont ainsi pu échanger sur la politique de décentralisation du Congo, favorisant l’essor de nouveaux centres d’activités, ainsi que la position géostratégique du pays en Afrique Centrale. Mines et hydrocarbures, Innovation et TIC, Zones Economiques Spéciales et PME : les nouveaux réservoirs de croissance et d’emplois du Congo ont tous étés abordés.

 

La cérémonie de clôture a été marquée par la signature en grande pompe de six accords et partenariats entre différents membres de la délégation marocaine tels que l’ASMEX, Maroc-Export, Casablanca Finance City, la CGEM et les promoteurs d’investissement locaux. Objectif : renforcer l’axe Casablanca-Brazzaville. A ce titre, l’Agence pour la promotion des investissements API Congo et Maroc-Export ont signé un protocole d’accord visant notamment au développement des échanges vers des pays tiers. v Congo Capital, l’ASMEX et la Fédération Marocaine de l’Electricité ont également abouti à un protocole de coopération. A noter également, le protocole d’accord entre l’API Congo et Casablanca Finance City Authority pour la promotion de l’investissement au Congo et de CFC ainsi qu’entre Congo Capital et le cabinet Mazars Maroc.

 

En attendant la concrétisation des promesses de Brazzaville, les organisateurs se satisfont d’ores et déjà de la participation. Un défi loin d’être gagné compte tenu, entre autres, des controverses qui ont précédé et suivi le référendum constitutionnel. « Au regard des attentats de Paris et des difficultés engendrées notamment en Europe et aux États-Unis, nous avons réussi à accueillir plus de 700 participants sur les 800 attendus », se réjouit Claude-Wilfried Etoka, président du groupe éponyme. Avant la prochaine édition, en 2017, le gouvernement se chargera d’assurer le suivi auprès des investisseurs potentiels

Publié le 26 novembre 2015 à 11 h 59 min par Emmanuel Samba

Laisser un commentaire