Tchad : les chefs d’État du G5 du Sahel annoncent la constitution d’une force conjointe

Tchad : les chefs d’État du G5 du Sahel annoncent la constitution d’une force conjointe

N’Djamena, la capitale tchadienne a accueilli, les 19 & 20 novembre, le 2e sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement du G5 du Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mauritanie). Parmi les décisions principales de cette réunion, le groupe a annoncé une coopération accrue en matière de défense avec la création d’une force conjointe régionale.

 

La sécurité et était au centre de la rencontre, à laquelle prenaient part les présidents : Mahamadou Issoufou du Niger, Ibrahim Boubacar Keita (IBK) du Mali, Michel Kafando du Burkina Faso, le Mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, président en exercice de la conférence des chefs d’Etat des pays du G5 du Sahel, et Idriss Deby Itno du Tchad. Au même moment, Bamako était victime d’une attaque terroriste d’envergure. La création d’une force militaire conjointe du G5 Sahel, deuxième décision du sommet de Ndjamena, sonne comme une réponse des cinq pays à cette prise d’otages qui a donné au sommet une couleur bien singulière.

 

Critiqué par certains pour son inefficacité, le G5 Sahel a vécu « un tournant décisif », comme l’a déclaré vendredi 20 novembre le président tchadien Idriss Déby Itno, nouveau président en exercice de l’organisation régionale. « Nous sommes tous Sahéliens, nous sommes confrontés aux mêmes problèmes. Nous n’avons d’autre choix que d’unir nos efforts », a indiqué M Déby, en proie lui-même à la menace terroriste de Boko Haram. En plus de la force militaire conjointe, un comité de défense et de sécurité et une plate-forme de coopération en matière de sécurité ont été annoncés.

 

La Haute Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et Vice-Présidente de la Commission, Mme Federica Mogherini, était en visite à N’Djamena au Tchad. Elle a annoncé que l’UE s’engageait à être « partenaires dans le cadre du G5 Sahel », avant d’ajouter : « Nous restons déterminés à faire du Sahel un espace de paix, de développement et de stabilité. »

 

Répondant à la presse nationale et internationale, le Président Issoufou Mahamadou a dit que le bilan de ce sommet est « extrêmement positif » car en moins d’un an d’existence, le G5 Sahel a déjà réalisé beaucoup d’actions qui vont dans le sens des objectifs qui lui sont fixés. « Ces objectifs sont contenus dans la stratégie que nous avons définie dès le départ et qui est à la base de la création de ce Groupe », a rappelé le Chef de l’Etat. Cette stratégie est déclinée en quatre axes : la sécurité, la gouvernance, les infrastructures et la résilience.

 

Publié le 24 novembre 2015 à 16 h 32 min par Emmanuel Samba

Laisser un commentaire