La Sonatrel est officiellement fondée

La Sonatrel est officiellement fondée

Un décret a été signé le 8 octobre par le président du Cameroun qui crée la Société nationale de transport d’électricité. Une structure dont les capitaux sont publics et qui est sous la double responsabilité du ministère de l’Economie et celui de l’Eau et de l’Energie. Intitulée plus communément Sonatrel, la société prendra le volet du transport de l’énergie à sa charge alors qu’elle était jusqu’à maintenant sous la direction d’Enéo. Cette dernière garde la main sur la commercialisation de l’énergie.

 

Afin de répondre aux besoins de plus en plus importants des Camerounais en matière d’électricité, l’exécutif a finalement pris la décision de remodeler le modèle énergétique en créant par décret présidentiel ma Société nationale de transport d’électricité, la Sonatrel. Signé le 8 octobre, le décret a pris effet immédiatement et redistribue ainsi les cartes du jeu énergétique au Cameroun. La société Enéo jusqu’alors en charge de la commercialisation et du transport de l’énergie ne s’occupe plus que du volet commerciale.

 

Le décret, assez court, donne un bon aperçu des missions de la Sonatrel. L’article 2 dispose que les services suivants seront du ressort de la nouvelle société : « l’exploitation, la maintenance et le développement du réseau public de transport d’énergie électrique et de ses interconnexions avec d’autres réseaux; la gestion des flux d’énergie électrique transitant par le réseau public de transport; la planification, la réalisation des études et la maîtrise d’ouvrage des infrastructures et ouvrages de transport d’électricité, ainsi que la recherche et la gestion de financements y relatifs ».

 

L’impact attendu pour le consommateur devrait être positif avec une baisse espérée des prix dans la mesure où le coût du transport de l’énergie ne sera plus directement compté dans la facture d’Enéo. Une révision du réseau électrique est également attendue, mais cette dernière pourrait être le prétexte d’une augmentation des prix in fine. C’est en tout cas l’Etat camerounais qui aura le dernier mot car la Sonatrel est sous la coupe directe du ministère de l’Energie et de celui de l’Economie. Si sur le papier, le décret semble répondre aux exigences d’un secteur énergétique essentiel au développement du pays, seule l’épreuve du temps dira si cette entreprise est couronnée de succès.

Publié le 9 octobre 2015 à 10 h 03 min par Mathilde Grandjean

Laisser un commentaire