Le Gabon lance un nouvel emprunt obligataire de 80 milliards FCFA

Le Gabon lance un nouvel emprunt obligataire de 80 milliards FCFA

Les autorités gabonaises ont émis jeudi à Brazzaville un emprunt obligataire de 80 milliards de FCFA par appel public à l’épargne sur le marché financier des pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Les fonds levés au cours de ce 4ème emprunt obligataire, lancé après trois premiers réalisés avec succès, en 2007, 2013 et celui de mai 2015, serviront au gouvernement gabonais à de grands travaux, notamment la réhabilitation des voiries urbaines de la ville de Libreville.

 

Le gouvernement gabonais a entamé sa campagne auprès des pays membres de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC), dans le cadre de l’emprunt obligataire qu’il doit souscrire sur le marché financier sous-régional, pour la période du 17 au 24 septembre prochain. Pour cette 4ème émission, lancée en présence des responsables de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique Centrale (Cosumaf), l’Etat gabonais recherche, sur l’ensemble du marché financier de la sous-région, un montant de 80 milliards FCFA. La ministre gabonaise déléguée à l’Économie, la Promotion des investissements et de la prospective, Mme Marie Julie Bilogé, a procédé, jeudi à Brazzaville, au lancement de cet emprunt obligataire, remboursable entre 2015 et 2020, au taux d’intérêt de 6% l’an.

 

« L’objet de l’Emprunt Obligataire de l’Etat Gabonais est d’améliorer la qualité des infrastructures sur le réseau routier de la commune de Libreville. Ce projet portera sur la réfection et l’élargissement du réseau routier existant, la connectivité Nord/ Sud et Est/Ouest ainsi que le désenclavement de quartiers sous intégrés. Ainsi, un nombre plus important de la population aura accès à un réseau plus étendu des transports en commun », a précisé Mme Bilogué dans son communiqué publié le vendredi 4 Septembre 2015. Parmi les routes ciblées, il y a celle qui contournera le bord de mer et facilitera les déplacements vers Akanda et le stade d’Angondjè sur un linéaire de 5,552 km en 2×2 voies.

 

Le projet qui s’inscrit dans le cadre de mise en œuvre de son Schéma directeur national des infrastructures, participait à la diversification positive de notre économie. En 2010, le pays a lancé un ambitieux programme de développement intitulé « Bloc stratégique Gabon émergent », en vue de diversifier son économie et d’accélérer la croissance. Son Schéma directeur national des infrastructures, adopté la même année, prévoit un investissement de 17.000 milliards de FCFA. La banque marocaine Attijiriwaffa Bank est chargée de l’arrangement de cette – spécifiquement sa filiale locale UGB (Union Gabonaise de Banque) et la SCB Cameroun, qui seront secondées par BGFI Bourse et Financia Capital.

 

La chute du prix du baril de pétrole affectant le budget gabonais, le pays a été contraint d’émettre cet emprunt obligataire. Ali Bongo, président de la République du Gabon, a réitéré sa volonté d’accélérer la diversification économique du pays en dehors du pétrole.  » Nous savons depuis longtemps qu’il faut accélérer notre diversification économique pour moins dépendre de la rente pétrolière, au demeurant peu créatrice d’emplois. (…)Pour ce qui est de l’impact budgétaire à court terme, le choc est rude, même si nous avions anticipé avec prudence une chute des cours. » La production pétrolière à baissé de 8,8% au Gabon, passant de 10,91 millions de tonnes en 2014 à 10,01 millions de tonnes en 2015. Le prix moyen du pétrole brut gabonais sur le marché international s’établirait actuellement à 40 dollars contre 80 dollars en 2014, soit une chute de 50% par rapport aux prévisions initiales (un dollar Us vaut actuellement 530 FCFA, contre 490 FCFA en 2014).

 

Publié le 16 septembre 2015 à 9 h 08 min par Laurent Fronsac

Laisser un commentaire