RDC : quel avenir pour Glencore ?

RDC : quel avenir pour Glencore ?

L’entreprise suisse Glencore spécialisée dans l’extraction et le courtage des matières premières inquiète les autorités de la République démocratique du Congo. En effet, début septembre, le groupe a annoncé l’arrêt provisoire de sa production de cuivre au Katanga afin de répondre à la baisse des prix des matières premières. Une mauvaise nouvelle pour les finances du pays même si Glencore assure que les investissements promis seront réalisés comme prévu.

 

Les prix des matières premières chutent depuis des mois et les conséquences pour les pays producteurs se font déjà sentir. Désormais, c’est au tour des entreprises exploitatrices de devoir prendre des mesures afin de pérenniser leur activité en attendant un retournement de la conjoncture. C’est ainsi que la société Glencore a fait savoir qu’elle allait arrêter l’exploitation du cuivre dans le Katanga pour une durée de dix-huit mois. L’objectif affiché est d’aider à la remontée des prix en enlevant 400 000 tonnes de cuivre du marché mondial.

 

Cette suspension de l’activité a tout de suite inquiété les autorités congolaises qui savent l’importance des rentrées fiscales issues de l’exploitation du cuivre. 20 % des recettes liées à l’industrie minière seraient ainsi touchées et les autorités n’ont jamais caché leur rôle central de la mine de Kamoto dans le développement du pays. C’est pourquoi elles ont appelé la compagnie à maintenir ses engagements en termes d’investissements et d’emploi. Glencore a confirmé que les 800 millions de dollars destinés à équiper les fabriques et installations de déblayage seront maintenus. Ces derniers visent à améliorer la production et abaisser ses coûts. En ce qui concerne l’emploi, 80 % du personnel sera conservé le temps de l’arrêt de la production.

 

La décision semble logique car après une année positive à hauteur de 78 millions de dollars, le premier semestre 2015 a été catastrophique avec une perte nette de 113 millions de dollars. Plusieurs groupes ont d’ores et déjà pris des mesures drastiques avec des suppressions d’emplois notamment en Afrique du Sud et en Zambie où l’exploitation minière est une source de revenues importantes pour l’économie de ces pays. Reste pour la RDC à continuer ses efforts pour diversifier son économie.

Publié le 15 septembre 2015 à 10 h 00 min par Mathilde Grandjean

Laisser un commentaire