Plus de 14 000 réfugiés politiques burundais en RDC

Plus de 14 000 réfugiés politiques burundais en RDC

La quasi-guerre civile au Burundi n’est pas sans conséquence sur les pays voisins et en premier lieu la République démocratique du Congo. A ce jour, 14 300 réfugiés burundais ont été recensés depuis mars 2015 et face à cette arrivée massive, les autorités congolaises et le Haut Commissariat aux Réfugiés sont quelque peu dépassés. Une situation difficile qui ne pourra pas être résorbée avec un retour à la normale tant le conflit semble devoir perdurer au Burundi.

  

La crise politique au Burundi n’est pas qu’une affaire interne car les violences et le climat pour le moins délétère entraine l’exode de milliers de citoyens. Rien qu’en RDC, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (UNHCR) a évalué que 14 300 Burundais étaient entrés dans le pays comme réfugiés politiques depuis mars 2015. Sentant la crise humanitaire venir, les autorités congolaises ont rapidement ouvert un camp pour ces réfugiés à Lusenda, au sud-Kivu. D’après les chiffres du HCR, 7 000 personnes y sont cantonnées aujourd’hui, soit près de la moitié des réfugiés politiques décomptés. Un nombre important qui fait dire que les conditions d’accueil ne sont plus à la hauteur.

 

Environ un millier de réfugiés a récemment préféré ne pas s’installer dans le camp de Lusenda et de nouveaux lieux sont demandés pour vivre dans des conditions moins précaires. Une demande qui n’a pas reçue de réponse positive puisque Fransisco Sergio Calle Norena, représentant régional-adjoint du HCR pour la RDC a déclaré que « les conditions sont clairement établies pour qu’ils puissent jouir de leurs droits, nous sommes prêts à faciliter le retour de réfugiés au camp s’ils le souhaitent ». Lusenda et seulement Lusenda. « Ceux qui ne veulent pas, pour des raisons personnelles, retourner à Lusenda sont libres de s’établir là ils veulent » mais « aucun autre camp ne pourra être ouvert ».

 

La RDC fait des efforts importants pour accueillir les réfugiés, mais il semble qu’il ne soit pas d’actualité d’accentuer l’aide. A la décharge des autorités il faut souligner que 9 000 réfugiés étaient déjà présents sur le sol congolais avant mars 2015. Laissée seule ou presque face à ce défi de taille, la RDC ne pourra pas répondre à tous les besoins. La situation des migrants en Europe montre bien à quel point cette problématique est délicate et ce même pour des pays parmi les plus riches de la planète.

Publié le 24 août 2015 à 10 h 04 min par Laurent Fronsac

Laisser un commentaire