Le Rwanda et la Chine sur la même longueur d’onde commerciale

Le Rwanda et la Chine sur la même longueur d’onde commerciale

Le Rwanda se lance dans une politique pro-business où les investisseurs sont particulièrement bien perçus. Beaucoup est fait pour les attirer et les Chinois sont particulièrement réceptifs à ses signes encourageants. La Chine est le premier partenaire économique du continent et le Rwanda profite à plein de cette présence avec plus de 170 millions de dollars d’échanges au cours des cinq dernières années.

 

L’Afrique est une priorité du géant économique chinois et pour sortir du lot, le Rwanda fait en sorte de multiplier les signaux amicaux envers les investisseurs. Cela s’est encore vérifié à l’occasion du récent Forum commercial Chine-Afrique de l’Est qui s’est tenu à Kigali. Trente entreprises chinoises étaient présentes et le président de la Chambre de commerce chinoise en Afrique de l’Est, Han Jun, a montré tout son intérêt pour de grands projets dans le secteur minier, dans le domaine des infrastructures, le secteur immobilier et manufacturier rwandais. Son rôle est notamment de trouver de nouveaux investisseurs chinois pour venir dans la région.

 

Mais pour que les investisseurs viennent, il faut que l’environnement des affaires soit bon. Et le Rwanda est sur le bon chemin puisque la Banque mondial a souligné sa forte croissance économique et son rang élevé dans « l’indice de la facilité de faire des affaires ». Le pays ne s’arrête pas au milieu du gué puisqu’un nouveau code d’investissements a été pensé. Les investisseurs peuvent bénéficier d’une taxe de revenu préférentielle réduite de 30 % à 15 % dans les secteurs jugés prioritaires (énergie, transport, tourisme, etc.).

Les avantages ne s’arrêtent pas là puisque toutes les personnes qui investissent plus de 50 millions de dollars dans ces secteurs bénéficient d’une exonération totale d’impôts pendant plusieurs années (jusqu’à sept ans). Des exemptions fiscales sur la TVA sont également prévues par le nouveau code. A n’en pas douter, ces arguments vont avoir un point et la présence de la Chine devrait se renforcer. Charge aux autres entreprises étrangères d’en profiter également.

Publié le 8 août 2015 à 10 h 02 min par Léa Duval

Laisser un commentaire