La RDC développe son potentiel touristique

La RDC développe son potentiel touristique

L’Afrique centrale s’ouvre peu à peu au tourisme et le République Démocratique du Congo ne compte pas rester en reste. Doté d’un potentiel totalement inexploité, le pays entend s’inspirer du modèle sud-africain afin d’attirer des touristes étrangers. Le 14 juillet dernier un protocole d’accord a été paraphé entre les ministres congolais et sud africain du tourisme ouvrant la voix à une collaboration dans ce domaine.

 

Aujourd’hui le tourisme représente 0,1 % du PIB de la RDC. Une goutte d’eau dans un océan alors que le pays peut espérer bien mieux en mettant en avant ses atouts. Le ministre congolais du tourisme, Mutiri wa Bashara, ambitionne de faire de ce secteur un acteur de l’économie à hauteur de 2 % du PIB en 2020. C’est pourquoi un plan d’actions prioritaires, axé notamment sur la promotion des investissements privés a été lancé. A l’occasion d’un forum qui s’est tenu à Hinshassa le 14 juillet et dont le thème était « Le tourisme, vecteur d’investissements innovants », différentes pistes pour attirer les investisseurs ont été évoquées.

 

Un des moyens est de présenter la RDC comme un centre touristique régional. Le ministère du tourisme souhaite développer les circuits interconnectés avec ses voisins afin de « vendre » une expérience non pas nationale, mais internationale en faisant fi des frontières dessinées par l’homme. « La RDC est située au cœur de l’Afrique, avec une superficie de 2 345 000 km et une population évaluée à plus de 80 million d’habitants. Cette position géographique de la RDC, au cœur de l’Afrique, constitue un autre atout majeur non négligeable dans le tourisme régional. Entourée de neuf pays voisins, la RDC se retrouve ainsi dans le prolongement des circuits touristiques et des divers marchés sous régionaux tels que la SADC, le COMESA, la CEEAC et la CEPGL, dont il constitue par ailleurs le point de pénétration le plus objectif il représente ainsi potentiellement un marché estimé entre zéro million et 250 millions de consommateurs ».
L’accord signé avec l’Afrique du Sud est quant à lui important dans la mesure où il permettra de renforcer les capacités des professionnels du secteur et améliorer les relations d’affaires. L’Afrique du Sud est largement en avance sur la RDC en termes de développement du tourisme et l’expertise des sud africains sera d’autant plus utile pour que les touristes ne passent plus à côté des atouts du potentiel congolais.

Publié le 29 juillet 2015 à 10 h 03 min par Léa Duval

Laisser un commentaire