Vaste opération contre Boko Haram autour du lac Tchad

Vaste opération contre Boko Haram autour du lac Tchad

En réaction à une recrudescence des attaques du groupe djihadiste Boko Haram, le Tchad, conjointement avec ses alliés de la Force d’intervention conjointe multinationale (MNJTF), a lancé une vaste opération aux abords du lac Tchad pour en déloger les terroristes qui s’y terrent. Le Cameroun, particulièrement touché ces derniers jours, a en outre annoncé l’ajout de 2000 soldats au contingents luttant contre la secte islamiste.

 

Le Cameroun a été le théâtre d’une nouvelle vague d’attaques par le groupe terroriste Boko Haram. Un attentat-suicide commis samedi par une kamikaze adolescente a fait au moins 20 morts à Maroua, dans l’extrême-nord du pays. Le village de Tchebe-Tchebe où une autre attaque a commencé, armée cette fois, sept personnes ont été tuées, dont trois décapitées. Heureusement, avant que les Boko Haram n’arrivent à Dzaba, les habitants avaient fui. Cette nouvelle attaque s’est produite dimanche 26 juillet à une dizaine de kilomètres de la frontière avec le Nigeria. Dans le pays voisin, les attentats sont quasi-quotidiens, et la nouvelle vague de violences a déjà fait plus de 800 morts depuis l’investiture, fin mai, du nouveau président nigérian Muhammadu Buhari, qui fait de la lutte contre Boko Haram sa priorité.

 

En deux semaines, c’est la cinquième attaque attribuée à Boko Haram au Cameroun… Maroua, dans l’Extrême nord du pays, se remettait à peine d’une double attaque-suicide commise mercredi par deux adolescentes qui avait coûté la vie à 13 personnes. Samedi 25 juillet, un nouvel attentat a secoué la région camerounaise frontalière des fiefs nigérians de Boko Haram, quand une adolescente a déclenché sa bombe dans un bar d’un quartier populaire de cette ville commerçante. Un couvre-feu a été instauré dimanche, les rassemblements et les commerces étant interdits à partir de 18 heures. Entre 300 et 400 gendarmes sont également attendus en renfort. Le gouverneur de la région avait auparavant interdit le port du voile islamique intégral, régulièrement utilisé par des kamikazes de Boko Haram pour dissimuler leur ceinture d’explosifs, une interdiction étendue à d’autres zones du territoire camerounais, sans être généralisée à tout le pays. « C’est la psychose », avait commenté un habitant de la ville de Maroua.

 

L’armée tchadienne a lancé une opération musclée sur les îles du lac Tchad, en guise de riposte aux nombreuses attaques sanglantes attribuées au groupe nigérian. Le Tchad est à la tête de la force régionale de lutte contre Boko Haram mise sur pied début 2015, qui unit les forces camerounaises, nigérianes et tchadiennes. De nombreux terroristes islamistes se sont repliés sur les îles du lac Tchad en raison de leur affaiblissement au cours des derniers mois. Il y a environ deux semaines, « à la demande du gouvernement tchadien, les autorités ont lancé une opération pour évacuer la population des îles. Presque 90% des habitants ont déjà rejoint la terre ferme », a assuré une source proche des autorités locales.

 

Une nouvelle force militaire, à laquelle doivent participer le Nigeria, le Niger, le Tchad, le Cameroun et le Bénin, devait être déployée le 30 juillet au plus tard, selon les annonces faites à l’issue d’un sommet militaire régional organisé à Abuja en juin. La MNJTF doit remplacer la coalition régionale, qui a remporté une série de succès contre Boko Haram depuis février, sans toutefois parvenir à neutraliser les islamistes de Boko Haram. Cette nouvelle force, dont le siège se trouvera à N’Djamena et qui aurait dû être lancée en novembre dernier, doit compter 8 700 militaires, policiers et civils. Au cours des dernières semaines, très peu d’informations ont filtré sur son déploiement laissant croire à de nouveaux retards.

 

Le déploiement de cette force militaire se trouvera à l’agenda des discussions mercredi 29 juillet lors du déplacement officiel de Muhammadu Buhari au Cameroun, a indiqué la présidence nigériane dans un communiqué. Après s’être rendu au Tchad et au Niger dès son investiture, fin mai, Muhammadu Buhari enchaîne les déplacements afin de  » renforcer l’alliance régionale forte pour affronter Boko Haram. »

 

Publié le 28 juillet 2015 à 13 h 30 min par Mathilde Grandjean

Laisser un commentaire