Jackpot pour le groupe Accord Hôtels en Angola

Jackpot pour le groupe Accord Hôtels en Angola

La courte visite de François Hollande en Angola le 3 juillet dernier est passée relativement inaperçue, mais elle n’a pas été inefficace. Dans les bagages du président français se trouvaient de nombreux chefs d’entreprise, et un premier gros contrat a été conclu entre les groupes hôteliers Accord et AAA ACTIVOS LDA. Pas moins de 50 hôtels devraient être ouverts.

 

C’est un contrat comme les PDG de toutes les entreprises aimeraient signer. L’ouverture de cinquante hôtels, soit plus de 6 200 chambres (de classe économique à luxueuse) et cela en l’espace de seulement deux ans. Le partenariat conclu entre Accord Hôtels et l’angolais AAA ACTIVOS LDA est historique pour reprendre les mots de Sébastien Bazin, PDG du groupe français. Une implantation exceptionnelle, mais possible grâce à l’appui d’AAA ACTIVOS LDA qui est également présent dans l’assurance dans le secteur pétrolier.

 

Carlos Manuel de Sao Vicente, propriétaire d’AAA juge aussi que le partenariat est unique et qu’il répond aux nouveaux besoins du pays. « L’Angola diversifie son économie en vue de réduire sa dépendance à l’égard du secteur minier, notamment le pétrole et les diamants ». L’essor du tourisme est donc une carte à jouer surtout que le pays à des atouts véritables pour drainer un flux de touristes porteurs de devises étrangères. Bien plus que la simple ouverture d’hôtels, cet accord prévoit la formation de travailleurs angolais afin que les services proposés correspondent aux standards internationaux. « Nous sommes certains que l’Angola jouera très rapidement un rôle clé sur le marché africain de l’hospitalité et du tourisme ».

 

Visiblement, Sébastien Bazin est sur la même longueur d’onde puisqu’il affirme que l’engagement du groupe Accord Hôtels en Angola doit se faire notamment sur le plan de la « transmission de notre savoir-faire » auprès des 3 000 salariés qui seront embauchés localement. Cette annonce de partenariat est donc une bonne nouvelle pour toutes les parties et illustre le potentiel de l’économie du tourisme en Afrique centrale. Etant donné le laps de temps de seulement deux ans qui est imparti, les résultats de ce pari sur l’avenir devraient être lisibles dans peu de temps.

Publié le 17 juillet 2015 à 10 h 04 min par Léa Duval

Laisser un commentaire