La RDC achète deux Airbus 320 pour lancer sa nouvelle compagnie aérienne Congo Airlines

La RDC achète deux Airbus 320 pour lancer sa nouvelle compagnie aérienne Congo Airlines

La République démocratique du Congo a acquis deux Airbus A320 d’occasion auprès de la compagnie italienne Alitalia, pour sa future compagnie aérienne nationale. Le montant de la transaction est estimé à 50 millions de dollars.

 

Il y a tout juste trois mois, Kinshasa, par le biais de son Premier ministre Augustin Matata Ponyo, avait fait savoir qu’elle était intéressée par l’achat d’avions Airbus, et un voyage en France à ces fins avait été organisé en Mai. « Nous sommes actuellement au niveau de l’acquisition des appareils » pour Congo Airways, avait-il déclaré, indiquant qu’il s’agirait sans doute dans un premier temps d' »opérations de location-achat » (contrat de type crédit bail). C’est finalement avec l’Italie qui tiré son épingle du jeu. Les deux appareils moyen-courrier A320 ont étés acquis par crédit-bail.

 

Le coût d’achat total des deux avions s’élève à 50 millions de dollars, environ 25 milliards de francs CFA, selon une source gouvernementale congolaise. e fait d’avoir finalement opté pour un véritable achat plutôt que pour une location est un gage de crédibilité donné par l’État et Congo Airways. Augustin Matata Ponyo précise que ce report se doit au fait du gouvernement avoir finalement opté pour un véritable achat plutôt que pour une location. « Au mois de juin, nous pensions à la relance avec des avions à location ; aujourd’hui, le gouvernement, sous le leadership du président Kabila, a décidé carrément d’acquérir deux avions Airbus A320 très récents. » LEs deux avons sont en effet du dernier cri et on de moins de dix ans d’utilisation au compteur. Le tout premier Airbus arrivera au mois de juillet et le deuxième Airbus quant à lui arrivera au début du mois d’août, a déclaré le Premier ministre. Le vol inaugural de la nouvelle compagnie aérienne devrait avoir lieu au mois d’août.

 

La société installée il y a quelques mois et qui est actuellement en pleine phase de recrutement, bénéficie de l’assistance technique d’Air France avec laquelle elle est liée par un contrat. La nouvelle compagnie aérienne devrait commencer par desservir huit villes en RDC et passerait à 14 destinations intérieures au bout de trois ans.  La République démocratique du Congo est actuellement dépourvue de compagnie aérienne nationale, alors que l’immensité du territoire met les déplacements en avion au centre des modes de transport pour al population et les acteurs économiques étrangers.

 

Deux compagnies locales, CAA et Korongo – sur la liste noire des compagnies aériennes de l’union européenne du fait des conditions de vol qu’elles offrent – prennent en charge ces déplacements aériens internes. L’Etat a décidé de s’imposer sur ce marché où la demande dépasse largement l’offre – tant en terme de qualité que de quantité. Cependant, le développement de cette nouvelle compagnie aérienne doit nécessairement s’accompagner d’une remise à niveau des infrastructures de transport aérien. A cet effet, Jeudi dernier, le président congolais Joseph Kabila a inauguré la nouvelle aérogare et la nouvelle tour de contrôle, censées améliorer la sécurité aérienne et l’accueil des passagers à l’aéroport international de Ndjili à Kinshasa.

 

Selon le premier ministre, les autorités envisagent l’acquisition d’autres avions neufs auprès d’Airbus, pour assurer les vols à l’international. Le secteur des compagnies aérienne est en plein essor, avec l’arrivée en force des compagnies des États arabes du golfe Persique sur le marché – le Qatar et l’Arabie Saoudite en tête. L’ancien quasi monopole de fait de l’Europe et des Etats-Unis sur les vols long courriers semble s’effriter, ouvrant une place de choix pour les pays émergeants visionnaires qui souhaitent participer à la grande aventure de l’aérien internationale. La RDC semble en bonne voie pour faire partie du club.

 

 

Publié le 30 juin 2015 à 9 h 21 min par Mathilde Grandjean

Laisser un commentaire