Les «sifflets jaunes» contre Boko Haram

Les «sifflets jaunes» contre Boko Haram

L’ancien international camerounais Samuel Eto’o a présenté ce weekend à Paris l’initiative Yellow Whistler Blower FC, le club des « sifflets jaunes ». Une initiative de collecte de fonds pour secourir les victimes des exactions de Boko Haram dans le nord du pays.

 

Invité de marque de la soirée mensuelle de l’agence Black Farhenheit, Samuel Eto’o en a profité, vendredi 19 juin dans la caputale française pour mettre à l’eau son dernier bébé : Yellow Whistler Blower FC. Une initiative de la fondation qui porte son nom et destinée à collecter des fonds pour les victimes du groupe islamiste Boko Haram.

 

Le nom choisi fait référence aux sifflets jaunes (« yellow whistle ») qui symbolisent la campagne, et constitue une allusion aux « lanceurs d’alertes » (« whistleblowers ») qui relaient des injustices ou des situations dramatiques dans l’opinion. L’objectif affiché est de collecter des fonds qui seront distribués aux ONG qui viennent en aide aux personnes déplacées dans le nord du Cameroun.

 

« J’ai toujours souhaité créer une chaîne (…). Il est important que quelqu’un prenne les devants et essaye de sensibiliser les autres sur ce qui est en train de se passer en Afrique, mais surtout chez nous, au Cameroun » confiait le sans-papiers devenu star du ballon rond sur Totem TV.

 

L’État camerounais s’est lui même dernièrement lancé dans une vaste collecte de fonds afin de renforcer ses capacités dans la guerre atypique menée contre la secte islamiste. Et c’est nul René Emmanuel Sadi, Secrétaire général du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) qui a été commis pour convoyer les dons offerts par les populations camerounaises de tous bords aux Forces de défense déployées dans l’Extrême-Nord et aux personnes déplacées.

 

 

Publié le 24 juin 2015 à 15 h 01 min par Léa Duval

Laisser un commentaire