Muhammad Buhari bientôt au Cameroun

Muhammad Buhari bientôt au Cameroun

En marge du Sommet de l’Union Africaine, le nouvellement président élu du Nigeria, Muhammad Buhari a déclaré son intention de se rendre au Cameroun dans le but de renforcer la coopération entre ces deux pays phares de la lutte contre Boko Haram. Une visite peu aisée sur certains points, mais indispensable au regard de la situation.

 

« A mon retour au Nigeria, je vais essayer de me rendre au Cameroun », c’est ainsi que le président nigérian a annoncé son intention de renforcer la coopération militaire avec Yaoundé alors que le Sommet de l’Union Africaine se concluait à Johannesburg (Afrique du Sud). Cette confidence lâchée aux équipes de l’AFP constitue un message fort vis-à-vis de Boko Haram et des Etats qui luttent contre la secte islamiste.

 

Dans l’impossibilité de rencontrer son homologue camerounais Paul Biya car invité au G7, Muhammad Buhari souhaite conclure sa tournée entamée au Niger et au Tchad par une visite dans la capitale camerounaise. Le geste est fort car si les deux pays sont alliés dans la lutte contre Boko Haram, les tensions sont parfois palpables en raison de différents dossiers telle que la dispute territoriale autour de la péninsule de Bakassi, riche en pétrole.

 

Cela se traduit notamment par le non engagement des soldats camerounais sur le territoire nigérian alors que Tchadiens et Nigériens ont déjà pris part à des combats contre Boko Haram sur le sol nigérian. La prise de conscience du danger est plus importante que jamais et le président Buhari a affirmé avec force : « Boko Haram a déclaré s’être allié à l’organisation Etat Islamique, donc il s’agit désormais de terrorisme à l’échelle internationale. Ils sont au Mali, ils sont au Nigeria, ils sont en Syrie, ils sont en Irak, ils sont au Yémen. Il s’agit maintenant d’un problème international ». Il a donc été décidé le 11 juin dernier au cours d’un sommet à Abuja de déployer une force régionale de 8 700 hommes, réunissant Nigeria, Cameroun, Niger, Tchad et Bénin. Cette nouvelle Force multinationale conjointe (MNJTF) ne sera pas restreinte en termes de déplacements. Un Nigérian doté d’un adjoint camerounais mèneront les opérations militaires.

 

Publié le 16 juin 2015 à 10 h 03 min par Emmanuel Samba

Laisser un commentaire