Scandale de la FIFA : questions autour de la CAF

Scandale de la FIFA : questions autour de la CAF

Alors que la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) vit des heures très troubles après l’arrestation de plusieurs hauts responsables à Zurich en Suisse, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Issa Hayatou, revient sur les rumeurs faisant de lui une personne recherchée par la police helvétique. De retour à Abidjan ce lundi soir, le patron du foot africain a donné son sentiment quant à l’affaire qui déstabilise le monde du foot.  

 

Le séisme qui secoue la FIFA ne laissera aucune confédération. Une fois la descente de la police suisse commentée dans tous les journaux, c’est une chasse aux sorcières qui a débuté. Qui est coupable ? Et coupable de quoi ? Le président de la Confédération africaine de football n’a pas échappé à la vague de soupçons qui a touché tous les responsables du foot. « Interdiction de quitter le territoire suisse », telle a été la rumeur qui a circulé pendant plusieurs heures. « Secoué » par toute cette affaire, Issa Hayatou se dit «choqué », par les informations sur son « arrestation » qui ont fait la Une de quelques médias locaux et de la presse anglaise.

 

Dans une interview à 237online, le président de la CAF explique son soutien à un Sepp Blatter, certes réélu mais affaibli. Tout vote en faveur du président sortant de la FIFA est désormais suspect et Issa Hayatou souligne les efforts qui ont été faits par la FIFA sous les mandats de Blatter avec comme point d’orgue la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. L’accent mis sur les « stages et installations sportives » ont aussi pesé dans la balance face à un adversaire qui « ne connaît pas sérieusement la maison ».

 

Autre sujet polémique abordé lors de cet entretien, le report de la CAN féminine. Prévue du 8 au 22 octobre 2016, elle se jouera finalement du 19 novembre au 3 décembre. Un report demandé par les autorités camerounaises pour cause de pluviométrie trop importante et qui fait grand bruit au regard du refus catégorique de reporter la CAN masculine malgré les demandes du Maroc. D’un revers de main, M. Hayatou balaye la polémique : « Nous avons accepté ce que le Cameroun nous a demandé. Comment peut-on comparer la grande Coupe d’Afrique des nations dont la CAF dépend à 95% à la coupe féminine qui n’a même pas de sponsor ?  On ne peut jamais accepter le report de la grande CAN ».

Publié le 3 juin 2015 à 10 h 06 min par Jean-Yves Denis

Laisser un commentaire