La Banque africaine de développement se choisit un président Nigérian

La Banque africaine de développement se choisit un président Nigérian

Au terme de six tours de scrutin, le Nigérian Akinwumi Adesina a été élu président de la Banque africaine de développement et succède au Rwandais Donald Kaberuka qui part sur un bilan très positif. Un succès qui n’était pas écrit d’avance tant le candidat Adesina cumulait des désavantages sur le papier.

 

Elire le représentant d’un grand pays à la tête de la Banque africaine de développement ? Les 80 gouverneurs de l’institution n’ont pas hésité à franchir le pas alors que la règle tacite a toujours été de choisir un président issu d’un pays petit ou moyen. Supporté par le président sortant Goodluck Jonathan, Akinwumi Adesina a aussi reçu le soutien du nouveau chef d’Etat Muhammadu Buhari. Pas une mince affaire pour celui qui n’a jamais été ministre de l’Economie – autre handicap a priori.

 

Malgré tout, celui qui a été désigné personnalité africaine de l’année 2013 par le magazine américain Forbes en raison de ses réformes dans le secteur agricole a été porté à la présidence avec 58,1 % des voix (au 6e tour de scrutin). Opposés à sept autres concurrents, seuls le Tchadien Bédoumra Kordjé avec 31.6% des voix – soutenu par la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) – et la Capverdienne Cristina Duarte (10,27%) ont surnagé.

 

Akinwumi Adesina prendra ses fonctions le 1er septembre prochain et aura l’honneur de présider une institution financièrement solide qui peut s’ennorgueillir d’avoir obtenu la note AAA de l’agence Fitch et d’avoir son capital être multiplié par trois depuis 2003 pour atteindre 91 milliards d’euros. A noter qu’après une décennie « d’exil » à Tunis, la Banque africaine de développement a retrouvé son siège à Abidjan et c’est d’ailleurs en français qu’Akinwumi Adesina a tenu ses premiers mots à la suite de son élection.

Publié le 29 mai 2015 à 10 h 04 min par Emmanuel Samba

Laisser un commentaire