Un WhatsApp très politique

Un WhatsApp très politique

Avec 10 milliards de messages échangés quotidiennement dans le monde, WhatsApp ne pouvait pas passer à côté de la politique. C’est en Afrique que ce volet prend le plus son essor. Un fort taux de pénétration des smart phones aidant, WhatsApp se fait une place au soleil quitte à griller des adversaires politiques à coups de réparties bien senties et de mobilisations rapides.

 

Si la plateforme WhatsApp est aujourd’hui difficilement accessible au Burundi c’est que l’entreprise américaine rachetée par Facebook début 2014 peut avoir un énorme poids dans l’activisme politique et la mobilisation des foules. Les hommes politiques l’ont bien compris et c’est en Afrique que le réseau social devient le fer de lance de la politique 2.0.


Le succès de WhatsApp sur le continent est intimement lié à ces conditions d’accès. Alors que le débit Internet est souvent faible, la plateforme est utilisable avec un simple réseau téléphonique ou Wifi. La prise en main très simple et la gratuité du service en font un outil privilégié surtout qu’il est désormais possible de passer des appels gratuits où que ce soit dans le monde. WhatsApp ou comment mobiliser facilement ses partisans et peser sur le jeu politique.

 

Au Congo, l’opposition prend le train en marche avec la création de groupes fermés qui permettent de mener des discussions politiques au niveau souvent plus élevés que sur Facebook. C’est en tout cas l’opinion du député Albert Fabrice Puela qui juge également le réseau social plus « intime », mais néanmoins très utile efficace. Certains chefs d’Etat seraient d’ailleurs présents sous pseudo afin de juger de l’humeur de leurs concitoyens et être plus en prise avec la réalité du terrain.

 

Pouvoir et opposition se prêtent au jeu de WhatsApp même si comme tous les réseaux sociaux, il est parfois perçu comme un agent déstabilisateur. Outil privé de communication moderne et accessible au plus grand nombre et moyen efficace de relayer ses messages politiques, WhatsApp est aujourd’hui un acteur incontournable pour des hommes politiques en quête de nouveauté et de contact avec des populations ancrées dans la communication du XXIe siècle.

Publié le 23 mai 2015 à 10 h 09 min par Emmanuel Samba

Laisser un commentaire